Sciences des religions

Deux disciplines principales ont nourri le développement des sciences des religions à la Faculté depuis le début des années 1980 : l’histoire et la sociologie des religions. L’entrée par l’histoire des religions comporte à son tour deux volets principaux : l’histoire du christianisme et l’histoire des religions orientales.

Dans le domaine de l’histoire du christianisme, la Faculté s’est distinguée, au cours des dernières années, par un projet de grande envergure, soit la traduction et l’édition critique en langue française de la Bibliothèque copte de Nag Hammadi. Cette recherche d’envergure et au long cours sur le gnosticisme des premiers siècles chrétiens a conduit au développement d’une expertise internationalement reconnue dans le domaine du christianisme ancien et a conduit à la création d’une équipe interuniversitaire de recherche (Laval et Concordia), le Groupe de recherche sur le christianisme et l’Antiquité tardive ,(GRÉCAT) subventionnée par le FRQSC. Dans le domaine du christianisme contemporain, on poursuit à la Faculté des recherches sur Vatican II, son histoire, son herméneutique, sa réception et son devenir au Québec.

L’arrivée à la Faculté de nouveaux professeurs a par ailleurs élargi le champ d’application de l’histoire des religions aux religions orientales et à l’islam.

L’intégration à la Faculté de trois chercheurs du Centre de recherche en sociologie religieuse, en 1980, a conduit à développer une forte tradition d’études et de recherche sur le phénomène religieux appréhendé comme un objet d’observation et d’analyse par les sciences humaines et sociales. Des recherches sont ainsi conduites sur le thème « jeunes et religion », les phénomènes d’innovation religieuse, le langage mystique à la frontière de la théologie et des sciences des religions, en particulier dans le cadre du Centre d’études Marie-de-l’Incarnation.

Une caractéristique des programmes de formation et de la recherche en sciences des religions est le caractère interdisciplinaire, interfacultaire et interuniversitaire des activités poursuivies dans ce domaine. En effet, le baccalauréat intégré en sciences des religions fait appel à plusieurs approches disciplinaires telles que l’anthropologie, les sciences politiques, la psychologie, l’histoire et la sociologie. Des professeurs de plusieurs facultés contribuent aux programmes de premier et de deuxième cycles dans le domaine. Enfin, le Doctorat conjoint en sciences des religions est offert en partenariat avec l'Universités Concordia et l'UQÀM.

Des programmes courts, ou microprogrammes, permettent pour leur part une initiation à diverses traditions religieuses ou à la connaissance des religions : microprogramme en connaissance de l’histoire du christianisme, microprogramme en connaissance des religions, microprogramme en études islamiques et microprogramme en langues orientales. Ils constituent des portes d’entrée qui peuvent conduire à une étude plus approfondie de ces divers domaines. Enfin, un programme court, le certificat en sciences des religions, peut être suivi entièrement à distance.

Les professeurs dans cette discipline sont principalement Monique Cardinal (études islamiques), André Couture (religions orientales : hindouisme et bouddhisme), Louis Painchaud (christianisme ancien, gnose et manichéisme) et Paul-Hubert Poirier (histoire du christianisme et patristique). D’autres membres du personnel enseignant (chargés de cours, chargés d’enseignement ou professeurs) contribuent aussi à la recherche ou à l’enseignement dans ce domaine : Alain Bouchard, Ângelo Cardita, Guy Jobin, Jean-Philippe Perreault et Gilles Routhier, pour n’en nommer que quelques-uns.

Programmes offerts en sciences des religions